Domaine spirituel

Fermer Exercices de méditation

Fermer Les techniques de soin

Fermer Méditations

Fermer Phénomènes spirituels

Fermer Religion et philosophie

Fermer Réflexions

Vivre au naturel

Fermer Au jardin

Fermer Déco de la maison

Fermer Gestes pratiques

Fermer Lieux insolites

Fermer Nos animaux

Fermer Nos ptits bouts

Fermer Objets à privilégier chez soi

Fermer Produits ménagers et ustensiles de nettoyage

Fermer Recettes végétariennes

Fermer S'équiper bio

Fermer Se nourrir sainement

Fermer Se vêtir bio

Fermer Soins de la peau

Fermer Soins et santé

Fermer Un peu de lecture

Activités loisirs
Visites

 488509 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Webmaster - Infos
Se nourrir sainement - aliments en prévention du cancer

Consommer régulièrement ces aliments permet de prévenir certains cancers


*Les fruits et légumes

contiennent  plusieurs antioxydants.
réduction des risques de cancer du poumon, de la bouche, du pharynx, de l'oesophage, de l'estomac, du sein, du côlon et du rectum.

Bleuets, framboises, mûres, fraises et canneberges : voilà les meilleurs antioxydants que l'on puisse trouver, car ils contiennent l'une ou l'autre des trois molécules anticancer (l'acide ellagique, les anthocyanidines et les proanthocyanidines)1.

Les cerises, les pommes, les prunes et les raisins rouges ont aussi un grand pouvoir antioxydant.



*Les agrumes

 L'orange, le pamplemousse, le citron et la mandarine peuvent aussi contribuer à prévenir les cancers, surtout ceux qui touchent le système digestif : bouche, larynx, pharynx, oesophage et estomac.
Reconnus pour leur richesse en vitamine C.

Les principes actifs des agrumes sont les polyphénols et les terpènes.


* les crucifères

Les plus connus sont : chou-fleur, choux rouge et blanc, chou de Bruxelles, chou chinois, chou frisé, chou romanesco, chou-rave, brocoli, radis, radis noir, navet, rutabaga, raifort, cresson, colza et moutarde.

- aliments pouvant prévenir les cancers, surtout ceux du côlon, du rectum, de la vessie, du sein, du poumon, de l'estomac et de la prostate.

L'effet protecteur des crucifères vient, entre autres, de leur contenu élevé en glucosinolates et de la capacité de ces derniers à libérer deux classes de composés à très forte activité anticancéreuse : les indoles et les isothiocynates,

trois conditions doivent être respectées :

  • les consommer de préférence crus ou légèrement cuits;
  • ne pas les faire cuire dans l'eau;
  • bien les mastiquer.
  • l’enzyme est inhibée par la cuisson, ce qui veut dire que les légumes surgelés, qui ont subi un traitement thermique, ne sont pas de bonnes sources de sulforaphane.

Parmi toutes les crucifères, le brocoli remporte la palme parce qu'il est la meilleure source de sulforaphane, le plus puissant des isothiocynates.
























Les crucifères:
-brocoli (cru)
-navets
-radis
-cresson
-roquette
-rutabaga


(ail haché, vin balsamique, huile d'avocat, )

DR Allard

  •  
  • Les alliacées

    Les alliacées comprennent l'ail, l'oignon, le poireau, l'échalote, et la ciboulette. Les légumes de la famille des alliacées pourraient prévenir le cancer de l'estomac et de la prostate. Leur pouvoir anticancer provient des composés sulfurés qu'ils contiennent (allicine, thiosulfinate, thiosulfonates, monosulfures, disulfures et trisulfures). Ces molécules sont responsables de leur arôme et de leur goût caractéristique.

    Il est préférable de consommer l'ail frais plutôt que des suppléments d'ail, puisque la teneur en allicine de ces derniers n'est pas assurée. De plus, l'ail frais procure tellement de saveur aux mets!

    La tomate

    Les propriétés anticancer de la tomate proviennent du lycopène qu'elle renferme. Le lycopène fait partie de la grande famille des caroténoïdes, la classe d'antioxydants qui donnent aux fruits et aux légumes leurs couleurs caractéristiques : orange, jaune et rouge. Les sauces à base de tomate et pâte de tomate sont les sources les plus concentrées de lycopène, car la cuisson de la tomate augmente la biodisponibilité du lycopène, tandis que les matières grasses améliorent son absorption. Une sauce à la tomate faite avec de l'huile d'olive, par exemple, est une excellente façon d'augmenter son apport en lycopène — ce qui ne veut pas dire d'arrêter de consommer des tomates crues! Un apport élevé en lycopène serait particulièrement important pour prévenir le cancer de la prostate1.

    Le soya

    La consommation de soya procure une bonne part d'isoflavones. On les qualifie de « phytoestrogènes » parce qu'elles ressemblent étrangement aux oestrogènes, des hormones que l'organisme produit. Aussi surprenant que cela puisse paraître, les phytoestrogènes auraient des propriétés similaires aux oestrogènes ainsi que des propriétés anti-oestrogéniques. La propriété anti-oestrogène du soya donne beaucoup d'espoir pour la prévention des cancers dont l'apparition serait liée aux hormones, comme le cancer du sein, de l'endomètre et de la prostate1.

    Même si le soya semble protéger de certains cancers, il n'aurait pas le même effet lorsque le cancer est déclaré. On pense même qu'il pourrait être nuisible. D'ailleurs, les femmes aux prises avec un cancer du sein, ou qui en ont déjà souffert, doivent éviter de consommer des aliments riches en phytoestrogènes comme le soya.

    Le curcuma et le poivre

    Le curcuma — à ne pas confondre avec le cari dont il n'est qu'une composante — provient du broyage du rhizome séché de la plante Curcuma longa, qui fait partie de la famille du gingembre. Le curcuma est l'une des composantes de la médecine traditionnelle ayurvédique de l'Inde. Des chercheurs estiment qu'il pourrait jouer un rôle important dans l'écart impressionnant entre les taux de certains cancers en Inde par rapport aux pays occidentaux.

    La curcumine, le principe actif du curcuma, possède diverses activités pharmacologiques, incluant des propriétés antithrombotiques, hypocholestérolémiantes, antioxydantes de même qu'un très fort pouvoir anticancer.

    La biodisponibilité de la curcumine est faible, mais elle est grandement augmentée par la présence de poivre. On suggère de consommer chaque jour une cuillerée à thé de curcuma accompagnée de poivre en l'ajoutant aux jus de tomate, aux soupes, aux vinaigrettes ou aux plats de pâtes.

    Le thé

    Le thé vert est beaucoup plus qu'une simple boisson chaude : c'est un véritable remède. De nombreux chercheurs reconnaissent aujourd'hui ses propriétés anticancéreuses.

    Tant le thé noir que le thé vert proviennent de la plante Camelia sinensis. C'est leur traitement après récolte qui donne un produit différent. Le thé noir a été fermenté, ce qui oxyde les molécules anticancer de la plante et détruit en bonne partie leurs molécules protectrices. C'est la raison pour laquelle les thés verts sont plus thérapeutiques que les thés noirs.

    Le thé contient des catéchines, des composés chimiques de la famille des polyphénols qui sont antioxydants. Les catéchines auraient plus particulièrement la capacité de bloquer l'angiogénèse, c'est-à-dire la formation de nouveaux vaisseaux sanguins autour de la tumeur cancéreuse. Comme ces nouveaux vaisseaux apportent oxygène et nourriture pour la croissance de la tumeur, nuire à leur formation consiste à empêcher la tumeur de croître. Ainsi, la consommation de thé vert constitue un mode de protection contre le développement du cancer1.

    Le contenu en catéchines du thé varie en fonction du lieu de culture, de la variété de la plante, la saison de la récolte ainsi que du procédé de transformation. En d'autres mots, tous les thés verts ne contiennent pas tous la même quantité de catéchines. On sait toutefois que, de façon générale, les thés verts japonais en contiennent plus que les thés chinois.

    L'analyse du contenu en catéchines de plusieurs thés verts par l'équipe de recherche de Richard Béliveau et de Denis Gingras, auteurs de l'ouvrage Les aliments contre le cancer, a révélé que les thés verts suivants étaient les plus concentrés en catéchines, donc plus riches en molécules anticancer :

    • Sencha-Uchiyama (japonais)
    • Gyokuro (japonais) : le thé le plus cher au monde
    • Sencha (japonais)
    • Matcha (japonais)
    • Pilo Chun Emperor (chinois)


     

     

    Le cacao

    Des recherches récentes démontrent que grâce aux flavonoïdes qu'il contient, le cacao est l'un des aliments qui possèdent les plus grandes propriétés antioxydantes, davantage que le thé et le vin.

    Source

    Paul Talalay

    Source

     Les aliments contre le cancer de Richard Béliveau et Denis Gingras1

     

    Choisir du chocolat noir à 70 % de cacao. Non seulement est-il moins sucré que le chocolat au lait, mais il contient trois fois plus de flavonoïdes. Malgré ses propriétés anticancer, le chocolat ne devrait pas être consommé régulièrement, car il est très calorique : une tablette de 100 g contient 600 calories!


     


    Date de création : 09/04/2009 @ 11:57
    Dernière modification : 09/04/2009 @ 12:41
    Catégorie : Se nourrir sainement
    Page lue 3050 fois

    Imprimer l'article Imprimer l'article

    Ma Boutique Amazon
    Mes livres
    "coup de coeur" :

     

    boutique_amazon_logo_chatesprit.jpg
    Design : Sabine Jeangérard - Creative commons - Optimisé pour Firefox
    ^ Haut ^